Ni médire ni calomnier

Certaines personnes utilisent la critique systématique du système auquel elles appartiennent. D’autres utilisent la critique systématique d’autrui. L’effet à court terme est le pouvoir qu’elles montrent ou imposent aux personnes à qui elles s’adressent en médisant, en calomniant, en diffamant sur le système et/ou sur autrui… ça leur donne une illusion d’importance.

 

Dans les groupes, les effets pervers qui en découlent sont notamment…

  • La crainte ressentie par les personnes sous cette emprise qui n’osent ni contredire ni affirmer qu’elles puissent avoir un autre avis, sous peine de devenir, à leur tour, sujettes à des médisances ou calomnies…
  • La création de clans, de zones d’incertitude (voir Michel Crozier)
  • L’émergence de conflits francs ou larvés
  • La perte de confiance, l’instauration d’un climat de défiance
  • L’hypocrisie généralisée, l’absence d’authenticité et d’intégrité
  • L’impossibilité de créer un réel esprit d’équipe

 

Taquiner une personne, en direct, ponctuellement, cela peut rester bienveillant si cette personne a le sens de l’humour et de l’autodérision. En revanche, si un individu se moque régulièrement d’une personne, celle-ci risque de devenir victime de harcèlement moral. Si en plus, ces moqueries sont alimentées par des médisances et des calomnies exprimées à d’autres personnes par un processus de triangulation systémique, la victime devient bouc émissaire. Les conséquences peuvent alors être dramatiques.

 

Vous souhaitez optimiser la qualité de vos relations professionnelles? Voici quelques conseils…

 

Abstenez-vous de médire.

Si vous sentez le besoin de dire du mal de quelqu’un, demandez-vous quelle est votre motivation? Jalousie, vengeance, compétition…? Est-ce vrai ou partiellement faux (calomnies)? Dans ce cas, quelle est votre motivation à vouloir détruire cet "autre"? Qu’est-ce que cela vous apportera? Et votre conscience, serez-vous en paix avec elle ensuite? Et les conséquences négatives qui vous reviendront tôt ou tard tel un boomerang, y songez-vous? Et vous: que peut-on dire en "mal" de vous? On voit souvent la paille dans l’œil de l’autre avant la poutre dans le sien, en faisant consciemment ou inconsciemment diversion…

 

Si votre motivation est une mise en garde sincère dans un but de préserver la sécurité et l’intégrité d’autrui, alors, restez intègre et tenez-vous-en aux faits vérifiables et circonstanciés. Évitez toute interprétation qui risquerait de vous porter préjudice à moyen ou long terme.

Si l’on médit sur autrui en votre présence, pensez aux conséquences que peut subir la personne de qui on parle en mal. Qui plus est, s’il s’agit de calomnies. Restez assertif: tout en respectant vos interlocuteurs, refusez d’entrer dans ce jeu malsain et dites par exemple: "ce que vous dites n’engage que vous". Si quelqu’un vient vers vous pour médire d’un tiers, faites-lui passer le test des trois passoires de Socrate: est-ce vrai? est-ce bienveillant? est-ce utile?

Si votre interlocuteur se confie à vous et vous dit du mal de ses proches (parents, enfants, collègues, amoureux, etc.). Si la compassion vous tente d’abonder dans son sens et donc de médire sur ses proches, un jour ou l’autre, il pourrait vous en vouloir. Restez empathique, écoutez-le en prenant en considération son problème, sans prendre parti.

Vous êtes victime de médisances? Travaillez votre assertivité et si cela est possible, faites face à la personne qui médit et demandez-lui ce qu’elle a à vous dire et pourquoi. Une confrontation directe trouve plus vite une solution qu’un conflit triangulaire, larvé, qui fait souvent boule de neige, avec des conséquences humaines parfois catastrophiques.

Diane Dechièvre ©

Je recommande ce site!

DeDia

Coaching Sphere

 

Accompagnement et formation
des managers
et des équipes

Diane Dechièvre

+33 (0)9 80 36 53 66

+33 (0)7 83 95 59 02

diane.dechievre@gmail.com

skype: diane.dechievre

 

Consultante ITG

Basée à La Grande Motte (34)